Rapport sur la politique de sécurité 2021, mon intervention

Nous voilà en train de commenter le rapport sur la politique de sécurité qui a été établi avant un grand chambardement de nos esprits et analyses au vu du conflit à l'est du continent. Et qu'on ne viennent pas me dire que tout est déjà écrit dans le rapport, les niveaux de risques changent, les analyses et priorités changent.
Vous l'avez entendu, le DDPS a promis un complément au dit rapport avec les implications de cette situation nouvelle, nous pouvons donc aborder l'analyse de ce rapport en l'état. Commençons par le volet militaire. Les vert'libéraux considèrent que la vision que nous défendons depuis longtemps et à même de faire face aux risques d'un conflit conventionnel européen qui pourrait durer. Nous avons toujours prôné une armée moderne, agile, faites de militaires bien entraînés et complètement équipés de matériel de pointe. Cela inclus évidemment une couverture aérienne suffisante et des troupes terrestres adaptées. Mais aussi une volonté forte de coopérer avec nos voisin en conservant notre neutralité, car la défense autonome est un rêve pieux qui disparaît avec le niveau technologique et les forces en présence. Cela ne veut pas forcément dire une augmentations des effectifs ou du budget, comme certain le réclame, mais bien la détermination des capacités à détenir en arbitrant entre budgets, possibilités technique et risques. Dans ce sens nous saluons la volonté de la Conseillère fédérale en charge de transformer la méthode d'acquisition actuelle en une planification des capacités de l'armée.

Nous avons toujours prôné une armée moderne, agile, faites de militaires bien entraînés et complètement équipés de matériel de pointe. Cela inclus évidemment une couverture aérienne suffisante et des troupes terrestres adaptées. Mais aussi une volonté forte de coopérer avec nos voisin.

Sur les autres points de ce rapport, qui restent important au vu des défis qui nous attendent, nous avons les remarquent suivantes:
-Nous saluons le fait que le changement climatique soit inclus dans les menaces sécuritaires, mais les mesures proposées sont faibles. C'est pourquoi nous soutiendrons le postulat de commission "22.3007 Capacités nécessaires à la gestion des dangers naturels liés au climat".
En ce qui concerne la résilience de notre pays, il est normal de parler d'approvisionnement et de s’inquiéter de la disponibilité des biens essentiels. Mais la tendance à une approche protectionniste visant à garantir la sécurité de l'approvisionnement est une direction dangereuse. Durant cette période de pandémie, nous avons constaté que ce sont surtout les relations économiques et diplomatiques que nous avons avec nos voisins qui nous permettent de gérer ce problème. Il n'est pas souhaitable que nous nous dirigions vers une espèce de politique industrielle pour assurer la sécurité.
Le manque d'entrain du Conseil fédéral à voir l'avantage de la création d’un état-major fédéral de conduite nous surprend. Cela doit permettre de mieux réagir aux crises et d’avoir des schémas de communication mieux établis surtout en début de crise. Nous venons de faire, durant la législature actuelle, l'expérience des flottements quand il manque un outil opérationnel rôdé.

Pour ce qui est du risque de désinformation, il est bien d'identifier le problème, mais les mesures proposées sont particulièrement faibles. C'est pourquoi nous soutiendrons le postulat de commission "22.3006 État des lieux relatif à la menace que constituent pour la Suisse les campagnes de désinformation"
Finalement l’alimentation de l’armée et de la protection civile reste une inquiétude importante, mais nous savons que des travaux sont en cours, il faut toutefois aller de l'avant et presser le pas.

En conclusion, nous prendrons acte de ce rapport en rappelant que l'analyse de la situation sécuritaire est un travail journalier, et que beaucoup de travail reste pour minimiser les risques identifiés avec efficacité et efficience.

Rapport sur la politique de sécurité 2021

Autres articles

Ne laissons pas notre ciel ouvert aux menaces

Notre pays doit faire face à un panel de menaces diversifiées et souvent diffuses. Il faut être conscient de ces menaces et la population doit savoir quels risques nous couvrons avec quels moyens. Certains prétendent que le risque environnemental est le plus important et que l’armée, en général, est un facteur aggravant consommateur excessif de ressources financières. Sur l’importance du …